Projets pédagogiques

Les arts appliqués au lycée Castelnouvel

- Le comportement des adolescents scolarisés, varie suivant la nature et le degré de leur handicap.

- La déficience se traduit, à des degrés divers, par des difficultés : de compréhension, (Maîtriser la lecture et/ou l’écriture) d’attention,  de situation dans l’espace et le temps, des difficultés pour mémoriser les informations orales et sonores ; de gestion du temps, et parfois de troubles du comportement.

- La communication orale doit être privilégiée et les consignes doivent être courtes et simples, accompagnées de pictogramme.

- L’art appliqué intègre un accueil ritualisé afin de rassurer et renforcer l’organisation, et ainsi contribue à développer l’autonomie, dans la mise au travail et l’acquisition de compétences, transversales.

Les modalités d’évaluation en arts appliqués et cultures artistiques se mettent en place sous la forme de Contrôle en Cours de Formation.

Les locaux et les équipements

> 1 salle de cours/ atelier attribuée avec un lavabo.

> équipée d'un poste informatique/fixe/salle, et projecteur vidéo..
d’un portable, d'une table lumineuse, 1 reflex, 1 appareil photo, 1 Camera HD.

> Peinture, Crayons, feutres, papiers…

Mise en place de la démarche de création en arts appliqués

Dans la voie professionnelle, l'enseignement artistique ne traitait jusqu'ici que des arts appliqués. Cette priorité demeure, mais elle s'enrichit désormais d’une ouverture sur d'autres domaines artistiques et culturels dont témoigne la nouvelle appellation « arts appliqués et cultures artistiques ».

Quelle que soit l'une des deux parties constitutives du dispositif - « arts appliqués » ou « cultures artistiques » -, l'enseignement accorde la plus large part à la pratique, une pratique qui se veut créative et artistique, critique et culturelle.

Il trouve un prolongement dans les démarches de projet et les dispositifs d'ouverture à l'art offerts à ce niveau : ateliers artistiques, projets d'action éducative (PAE) artistiques, projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (PPCP), opération « Lycéens au cinéma », etc.

La démarche de création est au cœur même de l'enseignement des arts appliqués. Grâce à la mise en place de projets pédagogiques, l'élève découvre les processus et procédés de cette discipline rigoureuse :

Il explore le monde, expérimente des techniques et réalise un projet.

Du travail en cours avec les outils traditionnels (dessin, peinture, pastel etc.) en passant par des travaux sur poste informatique (infographie : mise en page, traitement d’images fixes ou animées), les choix sont vastes pour offrir des expériences variées, des réalisations qui concrétisent un projet qui se définit et mûrit jusqu’à l'aboutissement.

Le projet audiovisuel

Depuis plusieurs années, l’atelier audiovisuel s’est développé au sein de l’établissement.

L'intitulé « arts visuels » recouvre notamment les arts plastiques, la photographie, l'infographie, le cinéma, la vidéo.

La pratique artistique favorise le développement d’une démarche personnelle qui peut s’inscrire dans l’élaboration d’une production collective. Dans ce dernier cas, chaque élève doit trouver une place autonome, c’est-à-dire ne pas être limité à des tâches d’exécution.

Les actions et les partenaires professionnels et culturels.

Dans le cadre de cette option, l'établissement noue un partenariat externe avec, par exemple, une salle de cinéma d'art et d'essai, (TEMPO à Léguevin) un studio d’audiovisuel (CARTOON PATE, à Argelès Gazost / La TRAME à Toulouse). L'équipe pédagogique arts appliqués et EPS s'associe le concours de professionnels de ces domaines pour participer à des projets commandés par des concours, des expositions ou par les professionnels eux-mêmes et ainsi ancrer les élèves dans une dynamique de travail différente.

Projets d'Avenir (FESTIV')

Expositions, et courts-métrages ayant fait l’objet d’une demande de subventions et de recherches de partenaires culturels/sponsors:

« L’âge de fer »2016/17

« Pousse pas mémé aux hortis » 2015/16

« Santé et sport »2014/15

« A travers tes yeux »2013/14

« Kalorix »2012/13

« Cartoon rouge »2011/12

Sélectionné et projeté à Cannes

(Festival Entr'2 Marches 2013)

« Projet Cirque » (Représentation à l’école des Gachots) 2010/11

« Ma santé au quotidien » 2009/10

Participation à des concours :

> Flash mob UNSS, 2015/16 et 2016/17.

> Je filme le métier qui me plait :

« L’âge de fer »

« Pousse pas mémé aux hortis »

Filmer, échanger ; exemple d’une réussite :

Le projet de film « A travers tes yeux » 2013/14 a été l’opportunité de se rendre dans des lieux culturels importants de la ville de Toulouse, de faire des rencontres riches et diversifiées :

> Dans le domaine des arts plastiques, du théâtre, de l'opéra, de la danse, des arts de la rue, et du sport (Stade Agenais, Stade toulousain). (Salle des Illustres, Halle aux Grains : visite des locaux, rencontre avec les équipes culturelles, participation aux représentations (danse, chorégraphie) musique (instruments)

> Rencontres avec les jeunes lycéens extérieurs, dont deux musiciennes issues du Conservatoire, échanges post- production avec la présentation des films (sur l’épilepsie) dans d’autres établissements : Lycées des Arènes, Le Ferradou, collège Michelet.

> Présentation au Festiv’ avec l’ensemble des lycéens.

TBI (Tableaux Blancs Interactifs)

Depuis la rentrée 2011, cinq TBI (Tableaux Blancs Interactifs) sont venus équiper les salles de cours du lycée.

Les enseignants d’Histoire Géographie, de Lettres, de Biotechnologies, de Langues Vivantes, d’Arts Appliqués du lycée professionnel, les professeurs et les monitrices éducatrices de l’école utilisent cet outil.

Principe de fonctionnement

Le tableau blanc interactif est un écran tactile associé à un ordinateur et à un vidéo projecteur. L’écran transmet diverses informations à l’ordinateur.

L’utilisateur intervient sur l’écran avec un stylet électronique qui permet de déplacer les éléments de cours à analyser (schémas, textes, phrases…..).

Intérêts pédagogiques

Le TBI favorise l’interactivité entre professeur et élèves. Les enseignements sont plus ludiques et stimulants. Les bénéfices sur l’attention et la concentration sont plus élevés qu’avec un tableau classique.

Sur cette large surface de projection visible par tous, les élèves travaillent très facilement en commun : rédaction collective d’un texte, découverte d’un document préalablement numérisé, recherche sur Internet…

Cet outil est également la mémoire de la classe. Les séances réalisées avec le TBI y compris les interventions des élèves peuvent être enregistrées. Cela permet, à n’importe quel moment, si la leçon n’a pas été comprise, en cas d’absence d’un élève… de visualiser une ancienne séance.

Le tableau blanc interactif oblige à réaliser des séances pédagogiques davantage axées vers l’adaptation pédagogique.

Il facilite la mémorisation dans la mesure où il fait appel aux sens visuel, auditif et kinesthésique.

Les enseignants du lycée professionnel, les professeurs d’école ainsi que les monitrices éducatrices du groupe scolaire se sont emparés de cet outil tout en modifiant sans aucune hésitation leurs pratiques pédagogiques.